Nutrition

Quelle est la meilleure huile du point de vue nutritionnel ? Puis-je m’en tenir à mon huile d’olive habituelle ?

Chaque huile possède ses propres bienfaits nutritionnels. Si l’huile d’olive est une excellente source d’oméga-9, elle n’apporte aucun oméga-3, quand l’huile de noix est une bonne source d’oméga-3, -6 et -9.. En fait, la meilleure façon de s’assurer un apport nutritionnel équilibré est d’alterner les huiles pour bénéficier des oméga et vitamines propres à chaque variété.

Quelle est la différence entre les huiles de noix, noisette, amande et les huiles vierges de noix, noisette, amande ?

Nos huiles de fruits à coque – à la fois vierges et non vierges – sont toutes riches en goût et préservent la saveur du fruit. Nos huiles vierges, d’un positionnement prix premium, ont une robe plus foncée et un goût plus prononcé. Elles ont également une plus grande richesse en omega.

Que sont les oméga ?

Les oméga-3, -6 et -9 sont une série d’acides gras mono et polyinsaturés à chaîne longue, issus respectivement des acides linolénique, linoléique et oléique.

Les oméga-3 (ex : C18:3 ω-3 – linolénique) et oméga-6 ( ex : C18:2 ω-6 – linoléique) sont des acides gras polyinsaturés ne pouvant être synthétisés par l’organisme, et qu’il est donc essentiel de consommer dans le cadre de son alimentation quotidienne. C’est la raison pour laquelle ils sont appelés « acides gras essentiels ». Bien que tous les aliments contenant des acides gras renferment des acides gras essentiels, ce sont les huiles végétales et de poisson qui en possèdent le plus.

Les oméga-9 (C18:9 ω-9 – oléique) ne sont pas des acides gras essentiels, et l’organisme est capable de les synthétiser.  Il s’agit en fait d’acides gras mono-insaturés que l’on retrouve dans la plupart des graisses. Les huiles d’olive et de pépins de raisin en sont particulièrement riches.

Les graisses mono et poly-insaturées sont bonnes pour la santé. La meilleure graisse mono-insaturée est l’acide oléique – ou oméga-9 – présent en grande quantité dans l’huile d’olive, l’huile de noisette, l’huile d’amande et l’huile de sésame. Les meilleures graisses poly-insaturées sont les acides linolénique et linoléique – ou oméga-3 et 6 – que l’on trouve dans les huiles de noix et de pépins de raisin. Il a été prouvé qu’un apport en oméga-3 et -6 équilibré, ainsi qu’un taux élevé d’oméga-9 dans l’organisme, réduisent significativement les risques de maladies cardiovasculaires*

*Lipides & corps gras alimentaires – Collection sciences et techniques agroalimentaires – Editions TEC & DOC – Auteur : Jean Graille – 2003 – Page 43.

Quelle est la fonction des antioxydants ?

Les antioxydants sont des composants qui retardent l’oxydation des acides gras dans les aliments conservés pour être consommés. De nombreuses graisses, et notamment les huiles végétales, contiennent naturellement ces antioxydants, parmi lesquels la vitamine E qui prévient le rancissement durant un certain temps.
Les radicaux libres endommagent les acides gras dans les membranes cellulaires, et le produit de cette dégradation peut entraîner une altération des protéines et de l’ADN. Un certain nombre de mécanismes sont impliqués dans la prévention ou la réparation des dommages oxydatifs – notamment divers nutriments et plus particulièrement la vitamine E, le carotène et la vitamine C qui, ensemble, font figure de nutriments antioxydants réputés.

Quelle est la fonction des graisses ?

Les graisses – ou lipides – sont la source d’énergie la plus concentrée dans l’alimentation. Les lipides sont divisés en trois catégories : les triacylglycérols, les phospholipides et les stérols. Si leur fonction dans l’organisme est vitale, leur présence en trop grande quantité peut se révéler problématique. L’alimentation doit être pensée pour inclure la quantité de lipides dont le corps a besoin, mais pas plus.

De façon générale, le terme « graisses » fait référence aux graisses neutres que sont les triacylglycérols – esters d’acides gras et de glycérol. Dans l’absolu, les triacylglycérols solides à température ambiante sont qualifiés de graisses, les liquides d’huiles.

Que sont les acides gras ?

Les acides gras sont les substances responsables des différents goûts, textures et points de fusion des graisses. Deux points distinguent les différents acides gras : la longueur de leur chaîne et leur saturation (ou non).

Les lipides sont des substances insolubles dans l’eau mais solubles dans les solvants organiques tels que l’éther ; il s’agit en fait d’esters ou esters potentiels d’acides gras. Les triacylglycérols (également connus sous le nom de tryglicérides), phospholipides, cires et stérols entrent dans cette catégorie.

Les informations nutritionnelles figurant sur le packaging de nos produits renseignent sur la composition en acides gras de nos différentes huiles, et ainsi sur leur richesse en oméga-3, 6 et -9.

L’acide linolénique

L’acide linolénique – également qualifié d’oméga-3 – est un acide gras essentiel poly-insaturé (C18: ω-3).

Il est présent en proportion importante dans la plupart des huiles végétales comestibles. Les recherches menées sur les oméga-3 ont permis d’étudier leur croissance et leur développement, ainsi que leur fonction en rapport avec la vue, les maladies cardiaques et l’hypertension. Les oméga-3 contribuent à préserver la jeunesse et la santé de la peau et des autres tissus en luttant contre la sécheresse et la desquamation excessive.

*=> il faudrait mettre les références bibliographiques qui justifient cette déclaration

.

*The nutrition Dictionary – A Dictionary of Food and Nutrition
*Nutrition almanach – Gayla J. and John D. Kirchmann

L’acide linoléique

L’acide linolénique – également qualifié d’oméga-6 – est un acide gras essentiel poly-insaturé (C18: ω-6).

Il est présent dans les graines des plantes et dans l’huile issue de ces graines. Les graisses végétales comme les huiles de maïs et de soja présentent une forte teneur en acide linoléique. Les scientifiques ont tiré la sonnette d’alarme sur sa consommation excessive dans le régime occidental, tout en reconnaissant depuis longtemps l’importance d’une quantité modérée d’oméga-6 dans l’organisme puisque ce sont eux qui assurent le transport et la dégradation du cholestérol.

L’acide oléique

L’acide oléique est un acide gras mono-insaturé (C18:1 ω-9) que l’on retrouve dans la plupart des graisses, et notamment en grande quantité dans les huiles d’olive et de colza ; on lui reconnaît généralement un rôle positif pour la santé. C’est en effet un acide gras majeur présent dans l’huile d’olive – qui en contient entre 55 et 85 % –, ingrédient largement utilisé dans la cuisine méditerranéenne et vanté depuis l’Antiquité pour ses vertus thérapeutiques.

Les acides gras « libres »

Les acides gras libres ou non estérifiés peuvent provenir des triacylglycérols et être impliqués dans le rancissement des graisses

Que sont les triglycérides à chaîne moyenne (TCM) – l'acide laurique ?

Les huiles contenant des TCM sont assimilées plus rapidement que les graisses conventionnelles par l’organisme ; elles ont été présentées comme ergogéniques (visant à augmenter la performance physique, l’endurance et la récupération) du fait de leur absorption rapide. Le corps les assimile comme les glucides, ce qui en fait une source d’énergie rapide.

A quoi servent les graisses insaturées/saturées ?

Les acides gras insaturés diminuent le taux de cholestérol dans le sang, tandis que les acides gras saturés l’augmentent.

De façon générale, les graisses d’origine animale présentent une forte teneur en acides gras saturés et une faible teneur en acides gras insaturés – une proportion qui se trouve inversée dans les huiles végétales.

Quelle est la fonction de la vitamine E ?

La vitamine E fonctionne d’abord comme antioxydant au niveau des membranes cellulaires pour protéger les acides gras insaturés des dommages oxydatifs Antioxydante donc, la vitamine E joue aussi un rôle majeur dans la production d’énergie. Elle intervient dans la respiration cellulaire de tous les muscles sans exception – mais plus particulièrement le cœur – et est bénéfique pour le squelette.

Les légumes, les graines et la plupart des huiles végétales sont une excellente source de vitamine E.

L’huile Vierge de Sésame toastée La Tourangelle est une bonne source de vitamine E.

 

 

Que sont le bon et le mauvais cholestérol ?

Le corps a besoin de cholestérol pour fabriquer des hormones, de la vitamine D et des substances favorisant la digestion. L’organisme synthétise le cholestérol dont il a besoin, mais cette substance se retrouve aussi dans certains des aliments que nous consommons.
Le cholestérol est transporté dans le sang par des petites structures appelées lipoprotéines, composées de lipides à l’intérieur et de protéines en surface.
Deux types de lipoprotéines transportent le cholestérol dans le corps : les lipoprotéines de basse densité (LDL pour low density protein en anglais) et les lipoprotéines de haute densité (HDL) – il est important d’avoir un bon taux des deux.

Le cholestérol LDL est parfois qualifié de mauvais cholestérol car, présent en quantité trop importante, il entraîne une accumulation de cholestérol dans les artères.  Une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique peuvent aider à réduire le taux de cholestérol LDL dans le sang. Il est important de consommer des aliments pauvres en graisses saturées ; si les graisses d’origine animale sont riches en acides gras saturés, les huiles végétales le sont en acides gras insaturés.

Le cholestérol HDL est parfois qualifié de bon cholestérol car il permet le transport du cholestérol de différentes parties du corps vers le foie, organe qui permet d’éliminer le cholestérol de l’organisme.

Le point de fumée

Le point de fumée est la température à partir de laquelle les huiles se décomposent et libèrent une fumée bleutée ; il varie en fonction des graisses (A titre d’exemples : 160°C pour une huile de noix vierge ou 240°C pour une huile de colza raffinée). Lorsque ce point est atteint, la qualité de l’huile se dégrade : les composants volatiles (comme par exemple les acides gras libres) et des produits oxydés se forment dans l’huile. Connaître le point de fumée d’une huile est essentiel pour s’assurer d’utiliser la bonne variété en fonction de ce que l’on souhaite en faire.

Pour les cuissons à haute température (fritures), choisissez des huiles raffinées ayant un point de fumée élevé – huile de Tournesol (point de fumée de 230°C environ) ou l’huile de Colza. Pour les cuissons à température modérée, choisissez des huiles comme l’huile de coco (180°C environ), l’huile d’Olive vierge extra (160°C) ou l’huile vierge de sésame (210°C).
Pour les cuissons à basse température, ou pour assaisonner vos plats et salades, choisissez des huiles comme l’huile Vierge de Noix,  l’huile de Noisette, de Pistache ou encore d’Amande.